Le Monde – 131207 – Rixe diplomatique entre Zagreb et Rome

La Croatie a protesté mercredi contre la diffusion en Italie d'un timbre postal évoquant le "passée italien" de la ville croate de Rijeka (ouest), en italien Fiume, et demandé aux autorités italiennes d'interdire sa distribution.
"Le ministère croate des Affaires étrangères (…) exprime sa vive protestation et son profond mécontentement à l'occasion de la publication d'un timbre par les Postes italiennes à l'image de la ville de Rijeka avec la légende: +Une terre orientale qui fût italienne+", dit-on dans un ommuniqué.
Le ministère croate demande aux autorités italiennes de prendre des "mesures adéquates pour empêcher la poursuite de la distribution" de ce timbre disponible depuis mardi.
Dans un premier temps, en octobre, après avoir été informée des préparations de la publication du timbre, la Croatie avait réagi auprès des institutions italiennes qui avaient "renoncé" à sa distribution sur le marché.
Le timbre a été imprimé à 3,5 millions d'exemplaires, selon l'agence croate Hina.
Ville portuaire du nord de l'Adriatique croate, Rijeka avait été contrôlée dans son histoire par la dynastie des Habsbourg, puis par la Hongrie et la Croatie, avant d'être annexée par l'Italie de 1924 à 1943. Occupée par l'Allemagne nazie en 1943, elle a été rattachée à la Croatie après la fin de la Seconde guerre mondiale.
La péninsule croate d'Istrie (nord) de même que la Dalmatie (sud) ont été cédées après la guerre à l'ex-Yougoslavie du Maréchal Tito et sont devenues parties intégrantes de sa république fédérative de Croatie.
La Croatie a proclamé son indépendance de la Yougoslavie en 1991.
On estime de 300.000 à 350.000 le nombre d'Italiens qui ont quitté l'Istrie, la Dalmatie et la région de la ville de Rijeka après 1945 pour fuir le régime titiste.
Certaines franges de l'extrême-droite italienne militent ouvertement pour récupérer ces territoires.